Archives Mensuelles: mai 2012

3G(+) ???

        
                Ne soyez pas étonnés parce que vous voyez ci-dessus (bon il faut avouer que lorsque moi-même j’ai vu ca j’ai tout d’abord ri). 3G ce n’est pas Goubestine Goumin Goumiatale ou encore Gaspard Gontran Guizélé ou Garba Gozon Galette ; dites pas que j’exagère je sais de quoi je parle, il y a beaucoup de gens qui pensent que c’est ce que ça signifie et on ne sait jamais hein, mais mieux vaut prévenir que guérir, car je suis sûre que pour certains, c’est leur première fois d’en entendre parler. J’ai donc décidé de faire un article dessus aujourd’hui, car ces derniers temps on entend que « 3G par-ci 3G par là (on ne peut pas respirer).

C’est quoi 3G(+)? et non QUI ?

 Eh bien quand j’ai « checké » sur le net j’ai vu:
« C’est le haut débit mobile. Avec un téléphone mobile 3G+, vous pouvez télécharger, dans les cadres fixés par la loi, des vidéos, des jeux, regarder la télévision en direct, échanger des fichiers de données… On l’appelle 3G, pour troisième génération (3G) de réseau de communication mobile. Cette technologie offre à ses utilisateurs des débits de transmission plus importants (supérieurs à 384 Kb/s) que les précédentes générations GSM (Global System for Mobile communications) et GPRS (General Packet Radio Service). La 3G+ s’appuie sur une nouvelle norme appelée UMTS (Universal Mobile Telecommunications System) « .
         
           Hum vous convenez avec moi que ce n’est pas facile à comprendre hein bon bon bon pour faire simple (cher profane du monde des TIC),version Nanda, je pourrai dire que « la 3G, c’est quelque chose qui nous permet de naviguer ou avoir accès au net plus rapidement, de s’envoyer de lourds fichiers (photos, vidéos, documents etc.). Lire des vidéos plus facilement ; d’émettre des appels vidéo (surtout ça) avec votre téléphone portable dernière génération (genre les Smartphones, pardon Bescla, Banny et consorts là il y en a pas dessus si tu arrives à surfer sur ça dessus c’est que walaye ton grand-père et tes aïeuls sont de vrais Gougnon 🙂 ).

Avec ça==> 3G = Goubestine Goumin Goumiatale 🙂

Voilàààààà, 3G = Ouiiiiiiiiiiiiiiii

            Une illustration pour mieux expliquer tout ce que j’ai dit plus haut. Prenons l’exemple de deux personnes qui vont au Burkina Faso. Nommons les Gontran et Gaspard. Gontran lui, part en car ou en train et Gaspard en avion ; Dites-moi, qui arrivera le premier ? Bah Gaspard sûrement (le voyage sera plus confortable, pas trop de contraintes sur le chemin et ce qui nous intéresse il arrivera très vite) On peut donc dire :

Car, Train : Bescla, Banny

Avion : Portable dernière génération Smartphones, tablettes etc

*Train ou, car : trajet très long et ennuyeux ; à l’arrivée courbatures assurées.

*Avion : pas trop de courbatures, trajet court, reposant et très chic.

Conclusion : On voyage mieux en avion qu’en car ===> on surfe rapidement avec la 3G sur le phone.

NB : j’aurais aimé présenter cela en dessins, mais hélas, hélas…

Publicités

N’cho Yao (M. Insecurity Days) s’explique…

Avant, pendant et surtout après les Insecurity Days aux JNTIC, l’on a entendu beaucoup de choses sur cet évènement, trop de choses ont été dites et comme moi j’aime la vérité (affairée ouais), pour  avoir donc les réponses sur tout ce que vous et moi avions pu entendre çà et là je suis donc allée vers N’cho Yao  monsieur Papa Insec Day  (et je suis sûre que je ne suis pas la seule hein) pour qu’il puisse enfin nous dire   exactement ce qui se passe.

 

1. Bonjour N’cho Peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore s’il te plait ?

Je suis YAO N’Cho, initiateur des Insecurity Days, Directeur Général d’un centre de certification et deconsultance CyberLearning225 et Président de la section Côte d’Ivoire de IS-RA (Information Security Research Association). [heuss heuss]

2. Avant de parler de ce qu’on a entendu ces derniers jours, dis-nous ce que sont réellement les Insecurity Days.

Les Insecurity Days constituent les premières journées de démystification totale du piratage informatique en Afrique subsaharienne francophone. Elles se déroulent chaque semestre et devraient permettre aux décideurs de rencontrer des Hackers capables de leur montrer ce qui se passe réellement dans leur entreprise, souvent à leur insu. Elles permettent aussi aux utilisateurs de découvrir des secrets des nouvelles technologies.

3. Récemment, les Insecurity Days ont été associées aux JNTIC, quel était le but de cette association ?

Après le succès de la 1ère édition, il nous fallait un espace plus large pouvant accueillir un plus grand nombre de personnes pour :

– Permettre aux entreprises d’exposer leurs solutions,

– Toucher un public diversifié et international

– Permettre à des utilisateurs de pouvoir « consulter » des experts sur plusieurs jours

– Permettre à des personnes de se former,

– Pouvoir réunir au moins 500 personnes pour une conférence et la compétition.

Les JNTIC étaient donc le cadre idéal. Le bon retour auprès des entreprises après la 1re édition, et le travail acharné que nous avons abattu depuis bientôt 6 mois nous ont donné de pouvoir obtenir cette lucarne. Je pense donc que c’était une bonne idée.

4. On a entendu beaucoup de choses sur la tenue de l’événement comme quoi le CI-CERT * s’était désengagé, la police criminelle ne se portait pas garant d’un tel événement, etc. qu’en est-il réellement ?

Il devrait effectivement avoir un challenge organisé par le CERT. Pour nous cela devrait les aider à mieux cerner les techniques utilisées par les Hackers. Il ne s’agissait pas de donner une quelconque crédibilité à l’évènement. Nous avons eu l’accord des responsables, mais avons été informés le mardi (1 jour avant la compétition) qu’ils n’avaient pas pu mettre cette plateforme en place. Je pense qu’ils avaient beaucoup de choses à faire, surtout qu’ils devraient exposer durant les JNTIC. Mais je pense que la compétition a été un succès et le CERT a été fortement représenté. Bon, lorsque des personnes disent « la Police Criminelle » ne peut pas être garant, ils ne savent pas de quoi ils parlent. Nous n’avons pas eu besoin de la Police pour organiser l’évènement, et si une Police devrait être contactée il s’agirait de la Police Scientifique. Nous n’avons pas besoin de quelqu’un qui se porterait garant. Et l’évènement a déjà eu un succès l’année passée avec un responsable de la Police comme Président du Jury.

5. J’ai ouïe dire que tu as arrêté la compétition parce que tu avais reçu des menaces d’une entreprise de la place, est-ce vrai ?

Non il n’en est rien. On a dû arrêter la compétition tout simplement parce qu’il n’y avait plus assez de temps et cela est dû au problème de connexion internet. D’autre part une des règles de l’évènement est de ne point citer le nom d’entreprise et cette règle avait été enfreinte par certains participants. Il faut dire que même en France, durant la Nuit du Hack, le challenge a dû être annulé durant deux années de suite. Le plus important c’est que l’objectif de la sensibilisation ait été atteint et les retours sont très bons au niveau des entreprises. Ceux qui ont pu exposer ont démontré de quoi les Hackers sont capables et à quels risques utilisateurs etentreprises sont exposés.

Je n’accepterai jamais que quelqu’un me menace ou menace un Hacker parce qu’il voudrait dévoiler un danger qui menace la population. Parlant de cette entreprise mentionnée, elle s’est montrée très mature puisqu’elle nous a contactés le lendemain, a félicité le Hacker et nous avons rencontré et échangé avec la plupart des décideurs informatiques et le DGA. Voici ce que nos détracteurs ne savent pas !

6. Quand tu fais le bilan de ta participation aux JNTIC, est-il satisfaisant ?

Les JNTIC nous ont permis de toucher une population diversifiée, de vrais décideurs, des autorités, des officiels du gouvernement, de pouvoir réunir plus d’un millier de personnes, de recevoir des visiteurs internationaux… Je pense pour ma part que ce fut un succès. Pour l’organisation c’est vrai qu’il y a eu beaucoup de « ratés » et c’est normal, parce que les évènements technologiques n’ont jamais en Côte d’Ivoire, rassemblé autant de monde. Et ça c’est une fierté !

7. Ton nom fut associé au piratage du site de la SOTRA et même que tu as été interpellé par la police qu’en est-il réellement ?

Vous savez beaucoup de gens sont jaloux du succès des Insecurity Days. Ils pensent qu’en piratant des sites, ils pourraient réussir à incriminer l’évènement ou N’Cho Yao. C’est ainsi que dans le cas du piratage de la SOTRA, on avait voulu faire croire qu’il s’agissait des Insecurity Days. Il faut cependant préciser que je n’ai été ni accusé, ni interpellé. Nous avons une police professionnelle et mature qui nous a entendu, a fait son enquête et découvert les coupables. Mais il y a quelque chose à noter c’est qu’une entreprise a été obligée de prendre conscience de ses problèmes de sécurité et a porté plainte pour « crime informatique ». C’est aussi un message à ceux qui commettent des crimes informatiques, pour leur dire qu’il y a une police capable d’enquêter. Mais je sais que la police, les sanctions, les lois ne pourraient freiner des hacktivistes. Les entreprises doivent très vite en prendre conscience. Un talent comme le Hacking devrait être mis au service des entreprises et de la nation tout entière. De tels actes ne pourraient jamais venir des Insecurity Days, surtout que les Insecurity Days n’ont pas de Hackers à leur solde.

8. Il est vrai que ton but est de sensibiliser les gens à la sécurisation de leurs systèmes, mais ne penses-tu pas qu’en voulant alerter tu es en même en train d’aider les gens qui ont de mauvaises intentions, Ce que je veux réellement dire c’est est-ce que tu n’es pas en train de former des cybers criminels ?

Sincèrement je ne le pense pas. Les crimes informatiques ce n’est pas nouveau en Côte d’Ivoire. Ceux qui pensentcela affirment donc qu’une simple conférence pourrait permettre à un participant de devenir un cybercriminel. Dans le domaine technologique ce n’est pas possible. Les vaccins sont un bon exemple de comment un élément jugé dangereux pour le corps pourrait servir à la protection, à l’immunisation de tout le corps.

Ce que je sais, c’est que des gens deviennent plus prudents. Ce que je sais, c’est que des administrateurs informatiques contactent des Hackers ou découvrent des outils qu’ils pourraient utiliser pour faire les audits de leur site internet. Ce que je sais, c’est que des chefs d’entreprises découvrent que leur site internet ou leur réseau pourrait être ou était déjà piraté. Ce que je sais, c’est que la police découvre ce qui se passe en secret et appréhende mieux les problèmes. Ce que je sais, c’est que les médias qui aident au changement de mentalité, commencent à s’intéresser au sujet. Ce que je sais, c’est que les directeurs d’écoles découvrent un programme de formation à intégrer urgemment. Ce que je sais, c’est que les cybercriminels comprennent qu’il y a des personnes capables de fournir des preuves technologiques à la justice. Ce que je conclue c’est que la nation avance…

Ahiiiaa assez de « ce que je sais, c’est que…  » ça sent le « moi président » de M. Hollande heun)

Voulez-vous dire que la formation en Hacking et toutes ces conférences qui sont recommandées par le Ministère de la défense Américain, servent à former des criminels ? Ou bien comme c’est un Africain qui en fait la promotion, c’est dangereux ? Ceux qui pensent ainsi sont soit des profanes, soit des jaloux, soit des informaticiens d’une autre époque. En plus d’autorités dans divers pays, le Ministre de la Poste et des TIC de Côte d’Ivoire nous a exprimé sa confiance et son soutien, nous ne les décevrons pas. Dans 6 mois nous ferons un bilan.

9. Grand merci à toi pour le temps que tu m’as accordé, ton mot de fin, si t’en a bien sûr.

Il faut que ceux qui ont peur des Insecurity Days parce qu’ils profitent de la situation d’ignorance pour espionner, escroquer et détourner des fonds dans les entreprises, sachent que nous n’allons pas reculer. C’est le moment de se mettre à niveau pour faire face aux défis imposés à notre pays. Lorsqu’un pays comme la Côte d’Ivoire parle d’e-gouvernance, cela ne peut se faire sans ces personnes qui maîtrisent tous les contours des technologies : les Hackers. Rendez-vous dans 6 mois !

humm, mon kpakpatoya deh, je pensais que c’est moi qui partait m’affairer alors que le gars même avait beaucoup de choses à dire. En tout cas au moins stout le monde est situé et j’espère que vous avez eu les réponses aux questions que vous vous posiez…

CI-CERT : (Computer Emergency Response Team) est une équipe d’experts en sécurité informatique,
ayant pour mission principale de répondre aux incidents informatiques.

http://www.cicert.ci/qui-sommes-nous/qui-sommes-nous.html

Organisation des JNTIC? Hummm

NandaSeye

Ce que je retiens de ces JNTIC ? Du grand n’importe quoi au niveau de l’organisation. Vous n’êtes pas d’accord avec moi?? Ok laissez-moi vous donnez mes raisons (qui se feront par étapes) et vous pourrez juger ok ?

 

 

 

 

 

 organisation « 2 pour 5f »

 

* La confection et le retrait des badges

 

          Le 1er jour, c’est-à-dire le mardi 15/05/2012, arrivée sur les lieux à 8h, j’ai pu voir que la société chargée des installations terminait le local « Badgetale ». On nous a donc demandé de rejoindre la salle Christian LATTIER pour assister à la conférence d’ouverture, ce que nous avons fait sans badges (là pas de problème pour le moment) .

         La 1ere cérémonie finie, j’ai décidé d’assister à la deuxième avant d’aller retirer mon badge (pff si je savais). Je m’y rends donc en compagnie d’autres personnes (sous la pluie) et là que vois-je?? Un vrai désordre, le rang était très long et l’on pouvait assister à un véritable cafouillage dehors. Je fais le rang et lorsque je reussisenfin à entrer dans la salle (après 45 minutes d’attente) oh purée un autre grand monde dedans, je me demande bien ce qui se passe et là savez-vous combien de personnes il y avait pour donner les badges ? 4 seulement 4 personnes pour tout ce monde (près de 1000). Non mais sérieusement c’est quoi ces conneries ? Moi franchement j’avoue que je n’ai rien compris à cette histoire de badges, on aurait pu éviter un tel cafouillage en permettant aux gens de se rendre dans les stands avec leurs tickets de participation qu’on leur avait demandé d’imprimer déjà (c’est mon avis). Je pense que cela nous aurait éviter ce monstrueux désordre et aussi beaucoup de choses (les gens ont même faillir en venir aux mains).

Rang pour le retrait des badges

 

        Pour le retrait de mon badge figurez vous que lorsque je me suis présentée devant la dame pour enfin prendre le retirer, celle-ci après de longues recherches (temps bêtement perdu ; s’ils avaient pris la peine de classer les badges par lettres alphabétiques. On trouvait des K dans le lot des S et des B dans le lot des Y) me sort ceci :

« vous vous êtes inscrite quand ?

le 09 mai.

Elle cherche, recherche, tri-cherche et me dit :

on ne voit pas hein, allez voir le monsieur et donnez-lui votre code (Bizarrement elle fut très polie avec moi quand même hein). Je donne donc mon code au monsieur qui effectue une recherche sur son ordinateur et me dit

on ne retrouve pas hein (famille de HEIN).

Mais monsieur comment ça vous ne voyez pas ?

L’inscription a été mal faite me dit-il.

Ayiii, mais si ça été mal fait comme vous le dites et que le système ne l’a pas pris en compte pourquoi j’ai donc un numéro ? Avec un ticket en plus ? Le gars tout confus me donne gentiment une fiche de demande de badge que je dois encore remplir pfff, je le fais et il me confectionne un badge (tchrrr) rapidement. Sachez que je n’étais pas la seule dans cette situation, j’y ai laissé plein de gens derrière moi qui étaient sous la pluie en plus pour avoir un putain de badge. Ça c’était mon calvaire du mardi (1er jour des JNTIC) en plus, j’en connais d’autres qui n’ont certainement plus mis les pieds). »

 

Un vrai désordre

* Faire sticker son badge à 1000F CFA

 

          Hier jeudi 17 mai 2012, il est exactement 09 H 20, j’étais toute souriante ignorant qu’une nouvelle allait faire disparaitre ce (jolie) sourire que j’affichais, le plus beau de toute ma vie (je déconne) en plus. Je vois quelques personnes murmurées, ce n’était même pas « quelques » même c’était beaucoup de personnes et là j’essaie de me renseigner pour savoir ce qui se passe, j’apprends alors qu’il faut payer la somme de 1000f CFA pour avoir accès aux stands et au concours des hackers, bon c’est quoi cette affaire de payant ?? C’est n’importe quoi je le dis haut et fort, payant pourquoi ? Des gens se déplacent pour venir assister à un événement qui était censé être gratuit et vous leur demandez de payer ?

         Je me souviens de cette femme qui lorsque je me rendais dans les stands m’a bloqué à la porte pour me faire savoir que le badge que j’avais souffert pour avoir le mardi ne passait plus et qu’il fallait que j’aille le faire stickerà 1000F avant d’entrer et que seuls les exposants et journalistes avaient ce droit-là, non mais sérieux c’est bêtehein, donc vous refusez les badges visiteurs, alors que les stands sont faits pour les visiteurs, vous leurs demandez d’aller payer tout en sachant que dans tout ce monde-là, la majorité était des éléves, des étudiants qui pour certains marchent pour aller aux cours ou ont une Carte de Bus, ou bien pour eux 1000F là ce n’est pas l’argent ?? J’en ai vu pleins repartir chez eux tout déçus de ne pas avoir eu accès et au concours et aux stands parce que tout simplement ils n’avaient pas d’argent sur eux ou mm n’avaient pas 1000f même). De plus même la plupart ne faisaient rien avec les stands, on a tous vu que s’il y avait du monde aux JNTIC cette année c’était bien à cause des Insecurity Days.

 

« Si toi pas avoir « badge stické, toi pas entrez !

 

        Bon l’article là devient trop long et quand c’est comme ça, ça donne la paresse de lire, je crois que je vais m’arrêter là (Les erreurs d’organisation il y en a eu tellement que si je veux tout citer on ne va pas quitter ici) .

Bref, j’étais aux Insecurity Days

           Aujourd’hui je suis levée en me disant « enfin, c’est le jour des Insecurity Days » il faut que j’y aille et j’y suis allée en tant que Blogueuse et AmazOon (Groupe de jeunes filles passionnées des TIC dont je vous parlerai bientôt). À 13 h 30 N’cho Yao (l’initiateur des Insecurity Days) a dit : « la compétition va commencer » et elle commença.

Présentation des hackers par N’cho Yao

On attendait qu’il fasse la présentation et il fit la présentation des hackers qui devaient competir. BREF il y avait :

Alvares Mastercard, Diomandé Youssouf, Doudou, Hassouna Khalil (2011), Hussein Khalil, IAKOV, Ladoual (Tchad), Lim@y@, M@fi@ Boy, Octopus 007, Scofield, Sniffer Infiltrer, Vincent Kassi.

    

Hackers o Insecurity Days

 

Sur ces 13 personnes seulement 06 ont pu competir (Lim@y@, Iakov, Vincent Kassi) ; ils ont respectivement parlé d’attaque par injection SQL, de social engeneering et la technique du sniffeur ; après cela on a attendu près de 30 min (soucis de connexion) pour finalement voir competir Octopus 007, suivi de Ladoual (spécialement venu du TCHAD) et d’Hassouna Khalil qui ont été très fortement ovationné par le public. Mais il faut noter que la compétition fut arrêtée brusquement et on nous a donné comme raison « le non respect des limites de la compétition ». J’essayerai d’avoir un entretien avec N’cho pour qu’il nous donne la cause exacte de  cette interruption.

Quelques images :

la foule

 Un aperçu du public

Lim@y@ en plein competition

AmazOon Blogueuses

Bref j’étais aux Insecxurity Days 2012 🙂

Lancement Hier Mardi 15/05/2012 des JNTIC

Photo officielle des JNTIC

 

         Hier mardi 15 mai j’étais aux JTNIC en tant que AmazOon du web (je vous parlerai de ce groupe dans l’un de mes prochains articles. En tout cas j’ai beaucoup à dire sur ce que j’ai vu là-bas hein, tant des appréciations que des critiques. Bon c’est parti pour le briefing.

 

INSECURITY DAYS

 

           

    Je disais donc qu’hier a eu lieu le lancement des JNTIC 2012 avec le thème « les femmes et les filles dans les TIC ». Arrivée sur les lieux vers 8h il faut dire qu’il y avait une grande affluence, un beau monde en tout cas. La cérémonie de lancement a débuté à 09 h 25 (j’ai bien regardé ma montre) par le MC avec un mot de salutation de M. Paul Kangah (commissaire régie des JNTIC).

La salle Christian LATTIER était bondée de monde

 

        M. Insecurity Days (N’cho Yao) comme j’aime bien l’appeler a débattu sur le thème « les hackers au service de la nation ». Il a expliqué dans les moindre détails l’importance de la sécurité

 

informatique, parlé du but des Insecurity Days en présentant des sites piratés de certaines entreprises, d’une école bien connue de la place et même du site des JNTIC (mdrr) du pays, il a fait la présentation de quelques Hackers comme Hassouna (le plus jeune des hackers ayant compéti l’an passé) ; il a aussi parlé de la compétition qui aura lieu demain jeudi à 13h à la salle Christian Lattier. Ce fut suivi de questions de personnes qui manifestaient leur inquiétude face au piratage informatique etc. J’avoue que quand j’ai vu j’ai souri parce que je me disais qu’il était là pour N’cho Yao.

       

           Je ne fus donc pas étonnée de voir la salle se vider à la fin de son discours (mdrr humm mon frère tu es célèbre hein). Alors que par la suite il y avait le développement du thème, le vrai thème de ces JNTIC, si j’avais un haut parleur j’aurai crié « ne partez pas ooh, je crois bien que j’y penserai la prochaine fois hum vraiment l’homme noir ce n’est pas la peine.

 

LES FEMMES ET LES FILLES DANS LES TIC

 

           Pour la deuxième conférence j’avoue que j’ai été très fière, eh oui je vous assure parce que je me voyais à la place de ces grandes dames en train de donner une conférence dans un futur proche sur l’importance des TIC.

Humm gniawa je sens que ce n’est pas loin. Revenons à nos ‘Godio’ (pour ne pas dire mouton, car j’en ai pas pour le moment), nous avons eu droit au discours de Nnena (nom très dur à prononcer quand tu ne l’as pas toi-même entendu, moi j’ai eu ce privilège-là donc souffrez que j’en parle (ounéna, c’est comme ça que ça se dit) franchement j’ai de l’admiration pour cette femme, ce que j’aime le plus chez elle, c’est l’humour qu’elle a, la façon dont elle aborde ses sujets, elle le fait avec beaucoup d’humour et comme moi je suis j’aime cela elle m’a tout de suite séduite, je pense même qu’un de ces jours je ferai un article spécial sur elle (elle le mérite bien) ;  

je disais que trois femmes Nnena, Fatou THIAM du Sénégal, Christelle ASSIROU et Monsieur Joseph TETCHIE ont tous (hum façon ça m’énerve à cause d’un seul homme on va dire TOUS ? Pourquoi même ?? Humm) ont TOUTES (je vais ignorer les règles de grammaire aujourd’hui) expliqué leurs projets pour que la femme s’intéresse réellement aux TICS et j’avoue que j’ai aimé, beaucoup aimé, notons qu’il y a beaucoup de projets en cours pour que la femme soit vraiment présente dans ce milieu.

Les femmes dans les TIC

Le programme

Vers 15 h 30 voir 16 h nous avons eu l’inauguration officielle JNTIC 2012 avec le ministre de la poste et des TIC M. Bruno KONE qui a fait un bref et beau discours pour annoncer l’ouverture des stands, le ministre de l’intérieur M. Hamed BAKAYOKO et M. Dona Laurent Fologo.

Une vue du stand de Insecurity Day

%d blogueurs aiment cette page :